Glendon instructor livestreams field trips to provide experiential education throughout pandemic

A course director at York University's Glendon Campus is not letting COVID-19 restrictions disrupt experiential learning opportunities for his students. For Charles-Antoine Rouyer, who teaches Communication, Health & Environment to 125 students this fall in a remote format, cancelling the course's field trips was not an option.

Charles-Antoine Rouyer

Charles-Antoine Rouyer

"We usually do two field trips in the fall in this course, as experiential education is a great addition to achieve some of the learning objectives," said Rouyer, who has been teaching the fall/winter six-credit course since 2004. "It's also an opportunity to see and experience what we talk about in the class."

The field trips, focused on watershed dynamics and urban ecology education, allow students to see science in action and engage with what they are learning, he said.

When the course shifted to a remote format in September, Rouyer considered what alternatives might provide a similar experience to his students. His idea? To do the field trips anyway, and livestream it to his students. But first, he'd have to test it out.

It wasn't as easy as expected; in fact, Rouyer admits it was "quite a bit of work" to figure out what technology would work best to deliver the experience. He spent a few hours of experimenting, first at home and then on site, and decided to stream via his smart phone with a 1080p camera and feed the video into Zoom. He used his earbuds' microphone to transmit audio.

The first livestream event took place on Oct. 3 at the City of Toronto Brickworks Park to showcase manufactured nature with ponds to understand how wetlands construction provides natural water filtration and flood protection.

Rouyer surveyed the class to measure interest in participating on site – while ensuring COVID-19 protocols for distancing and social gatherings would be followed – and one student attended in person. Of the other 124 students, 76 logged on to participate.

"It was nice to have one student present for added interactivity and his questions and input benefitted the whole class watching online," he said.

During the livestream Rouyer ensured students could ask questions and interact in real-time via Zoom. The event was also recorded to allow for viewing by students unable to attend online.

After reviewing the recording, he sought to improve the livestream quality for the next field trip, scheduled for Oct. 24. This time, he would broadcast live from the Glendon Forest along the Don River, to educate students on watersheds and ecological restoration.

A photo of the GoPro set up Charles-Antoine Rouyer used in his second livestreamed field trip

A photo of the GoPro setup Charles-Antoine Rouyer used in his second livestreamed field trip (Image: John Marbella)

For this event, Rouyer upgraded to a GoPro camera and connected it to the internet through his phone's hotspot to provide a livestream. However, due to bandwidth limitations, the phone could not support both the GoPro livestream and Zoom session. To improve the experience, he asked a student participating online to host the Zoom session, and launched the livestream through a GoPro URL. One of the four students attending this field trip in person stayed on Zoom through her cell phone, and relayed information between the class and Rouyer.

Although there were some glitches in both methods – such as some interruptions to video and audio consistency – Rouyer feels both experiments were successful. And, according to a survey distributed to his class, so do his students.

Asma Zahra, a student who attended the Glendon Forest field trip in person, said she appreciated the time Rouyer took to be creative with experiential learning. Acting as Rouyer's "ears" for the Zoom session while he was livestreaming on GoPro added depth to the content she had learned in class. She also commended him for being creative and innovative in his delivery of experiential learning.

"He is very passionate about the environment and it shows through his lectures and presentations," she said. "Professors who take the time to be creative, engage their students and try to get the most out of experiential learning are much appreciated through this time."

She notes that since taking classes in the summer semester, when learning went remote, she's enjoyed this class the most.

"This is by far the best class I have taken through the online format since the pandemic," she said. "It is very important to not only 'adjust' to our current situation, but to be more creative and innovative with delivery of education. Professor Rouyer ... went out of his way to engage students and implement the experiential learning. Though there will always be issues with technology, he still fought through it to make sure students get the most out of this course through these times. I think that's commendable."

Rouyer said he tried to offer students a variety of options to experience the sites, including instructions for a self-guided tour, and site maps provided via eClass, so students could follow along during the livestream events. He surveyed all students who participated in one or both sessions and found that most students preferred the technology used in the second field trip. The feedback overall has been very positive, however.

Aameet Ekram, a first-year student studying political science from abroad, said the livestream field trip idea was "interesting," and although he had reservations, the experience was better than expected.

"It was a format I could learn off of, and I genuinely did," said Ekram. "I’d advocate for this type of programming being implemented into different programs. I’m sure it would be real useful for courses which would’ve had field trips in non-COVID conditions."

Despite studying from overseas in a different time zone, Ekram was able to log on and participate, and gain valuable insights from the experience. "It showed a preview of the environments themselves – which is, really, the aim of the course – and allowed me to see the place in a way I would’ve never gotten to any other way (learning in an online environment)."

Though Ekram says it isn't comparable to in-person field trips, it's the next best thing. "I'd call the entire idea genius," he said. "If anything, the livestreamed field trips actually made me want to go to these places in real life. I think I’ll do that once the entire situation is normalized and I can actually come to Toronto."

Rouyer has presented his livestream field trip experimentations with faculty members who meet weekly to share e-learning strategies, and hopes his experiences will contribute to a University-wide community of practice about remote on-site livestreaming.

York faculty member Linda Carozza, a course instructor in the Department of Philosophy and an e-learning peer mentor in the Teaching Commons, leads the faculty group that shares experiences in e-learning. She said Rouyer's account of his livestream teaching method offered a glimpse into the intersection of experiential education, digital pedagogy and educational technology.

"The pandemic may have thrown a wrench in a typically face-to-face course with field trips, but it also pushed colleagues like Charles-Antoine to lead the pack with innovative e-learning methodology," said Carozza.

She says she hopes he documents his experiences and research in livestreaming in the domain of the scholarship of teaching and learning.

By Ashley Goodfellow Craig, deputy editor, YFile


Un enseignant de Glendon diffuse en direct des sorties sur le terrain à des fins d’éducation expérientielle pendant la pandémie

Charles-Antoine Rouyer ne voulait pas que les restrictions dues à la COVID-19 privent ses étudiants et étudiantes de possibilités d’éducation expérientielle cet automne. Ce chargé de cours du campus Glendon de l’Université York donne à distance le cours Communication, santé et environnement à 125 étudiants. Pour lui, il était hors de question d’annuler ses sorties sur le terrain.

Charles-Antoine Rouyer

Charles-Antoine Rouyer

« Nous faisons habituellement deux sorties sur le terrain dans le cadre de mon cours d’automne-hiver. L’éducation expérientielle est un excellent moyen d’atteindre certains objectifs d’apprentissage, dit Charles-Antoine Rouyer, qui assure ce cours de six crédits depuis 2004. C’est aussi une bonne occasion de découvrir ce dont nous avons parlé en classe. Les sorties sur le terrain, axées sur la dynamique du bassin hydrographique et l’écologie urbaine, permettent aux étudiants de voir la science à l’œuvre et de s’investir dans leur apprentissage. »

Quand son cours est passé à un format à distance en septembre dernier, Charles-Antoine Rouyer s’est demandé quelles options pouvaient offrir une expérience similaire aux sorties sur le terrain à ses étudiants. Sa solution? Les faire quand même, mais les diffuser en direct. Tout d’abord, il devait faire des essais.

Charles-Antoine admet que ce n’était pas aussi facile que prévu et que cela lui a demandé « pas mal d’efforts » pour trouver la technologie la mieux adaptée à l’expérience. Il a consacré quelques heures à faire des essais, d’abord chez lui, puis sur le terrain, avant de décider d’opter pour une diffusion en continu avec à la caméra 1080p de son téléphone intelligent. Pour l’audio, il a utilisé le micro de ses écouteurs-boutons et Zoom pour la diffusion en continu et en direct.

Le premier événement a été diffusé en direct le 3 octobre 2020 au parc Brickworks de la ville de Toronto. Cette sortie sur le terrain visait à présenter un environnement artificiel avec des étangs et comprendre comment la construction de zones humides permet la filtration naturelle de l’eau et protège contre les inondations.

Charles-Antoine Rouyer a sondé sa classe pour mesurer l’intérêt d’une participation en personne, tout en respectant les protocoles de la COVID-19 pour la distanciation et les rencontres sociales. Un seul étudiant s’est présenté à la sortie et 76 y ont participé au moyen de Zoom.

« C’était bien d’avoir un étudiant présent, précise-t-il. Cela ajoutait un côté interactif à la sortie; ses questions et ses commentaires ont profité à ceux qui étaient en ligne. »

Durant la diffusion en direct, Charles-Antoine s’est assuré de donner la chance aux participants de poser des questions et d’interagir en temps réel grâce à Zoom. L’événement a également été enregistré pour ceux qui ne pouvaient pas y assister en direct.

Après avoir visionné l’enregistrement, Charles-Antoine a peaufiné la qualité de la diffusion en continu avant la deuxième sortie sur le terrain qui était prévue le 24 octobre dans la forêt de Glendon, le long de la rivière Don. L’objectif pédagogique était de sensibiliser les élèves aux bassins hydrographiques et à la restauration écologique.

Pour cette sortie, Charles-Antoine s’est équipé d’une caméra GoPro et l’a connectée à Internet en utilisant le point d’accès de son téléphone pour la diffusion en continu. Malheureusement, en raison des limites de bande passante, son téléphone ne pouvait pas appuyer à la fois la diffusion en continu de la caméra GoPro et la session Zoom. L’enseignant a donc confié à un étudiant en ligne la gestion de la session Zoom et a lancé la diffusion en continu avec une adresse URL GoPro. Cette fois, quatre étudiants s’étaient présentés. Parmi eux, une étudiante est restée sur Zoom avec son téléphone pendant toute la sortie et a assuré la liaison entre la classe et l’enseignant.

Malgré quelques problèmes techniques avec les deux méthodes — notamment des interruptions du flux de l’audio et de la vidéo —, Charles-Antoine considère que les deux approches étaient fructueuses. Selon les résultats d’un sondage distribué par la suite, tous les étudiants de la classe étaient du même avis.

Asma Zahra, l’étudiante qui était présente lors de la sortie dans la forêt de Glendon, se dit reconnaissante du temps investi dans cette expérience d’éducation expérientielle. Le fait d’avoir été les « oreilles » de la rencontre Zoom — pendant que l’enseignant était en direct sur GoPro — a ajouté de la substance au contenu de ses cours théoriques. Elle loue également la créativité et le sens de l’innovation déployés dans cette possibilité d’éducation expérientielle.

« M. Rouyer se passionne pour l’environnement et on ressent cela dans ses cours et ses présentations, déclare-t-elle. En ce moment, les professeurs qui font des efforts pour être créatifs, faire participer leurs étudiants et tirer le meilleur parti possible de l’éducation expérientielle sont très appréciés. »

Ce cours est d’ailleurs son préféré depuis le passage à l’apprentissage à distance durant le trimestre d’été. « C’est de loin le meilleur cours que j’ai suivi en ligne depuis le début de la pandémie, ajoute-t-elle. Il est très important non seulement de s’adapter à la situation actuelle, mais aussi d’adopter des approches pédagogiques plus créatives et innovantes. M. Rouyer s’est donné beaucoup de mal pour maintenir l’intérêt chez ses étudiants et leur offrir des possibilités d’éducation expérientielle. Malgré quelques problèmes techniques inévitables, il a fait tout son possible pour que les étudiants et étudiantes tirent le meilleur parti de ce cours durant cette période. Ce sont des efforts vraiment louables. »

A photo of the GoPro set up Charles-Antoine Rouyer used in his second livestreamed field trip

Photo de l’installation GoPro utilisée par Charles-Antoine Rouyer lors de la deuxième sortie sur le terrain diffusée en direct en continu (Image : John Marbella)

Charles-Antoine Rouyer dit qu’il a essayé d’offrir à ses étudiants diverses options pour découvrir les sites, notamment des instructions pour une visite autoguidée et des plans de sites sur eClass, afin que les étudiants puissent mieux suivre les événements en direct. Les résultats d’un sondage auprès des étudiants ayant participé aux deux sorties ont indiqué que la majorité d’entre eux préférait la technologie utilisée lors de la deuxième sortie sur le terrain. Dans l’ensemble, la rétroaction a été très positive.

Selon Aameet Ekram, un étudiant de première année qui suit des cours de science politique à distance, la sortie sur le terrain diffusée en continu et en direct était très « intéressante », et malgré ses réserves initiales, l’expérience s’est beaucoup mieux passée que prévu. « Ce format permettait d’apprendre, et franchement, j’ai beaucoup appris, déclare-t-il. Je préconiserais de mettre en place ce type d’expérience dans d’autres programmes. Je suis sûr que ce serait vraiment utile dans des cours qui auraient offert des sorties sur le terrain si la pandémie n’avait pas frappé. »

Bien qu’il étudie à l’étranger avec plusieurs heures de décalage horaire, Ekram a pu se connecter, participer et tirer des enseignements précieux de cette expérience. « Cela m’a permis de découvrir réellement les environnements en question — ce qui est l’objectif du cours — et d’explorer des lieux que je n’aurais jamais eu l’occasion de visiter (dans le cadre d’un apprentissage en ligne). À défaut de visites en personne sur le terrain, c’est ce qu’il y a de mieux. C’est vraiment une idée de génie, ajoute-t-il. En fait, la diffusion des sorties sur le terrain m’a donné envie de visiter ces endroits. Je pense que je le ferai quand tout sera revenu à la normale et que je pourrai venir à Toronto. »

Charles-Antoine Rouyer a présenté ses expériences de diffusion en continu et en direct aux membres du corps enseignant qui se réunissent chaque semaine pour partager des stratégies d’apprentissage en ligne. Il espère que ses expériences contribueront à une communauté de pratique à l’échelle de l’université sur la diffusion en direct à distance.

Linda Carozza, membre du corps professoral de York, chargée de cours du Département de philosophie et mentore partenaire de l’apprentissage en ligne au sein de Teaching Commons, dirige le groupe de professeurs qui partagent leurs expériences sur l’apprentissage en ligne. Selon Mme Carozza, le récit de Charles-Antoine Rouyer sur sa méthode d’enseignement en direct offre un aperçu de l’intersection entre l’éducation expérientielle, la pédagogie numérique et la technologie pédagogique : « La pandémie a certes mis des bâtons dans les roues d’un cours généralement donné en face à face avec des visites sur le terrain, mais elle a également incité des collègues comme Charles-Antoine à être des pionniers de cette méthodologie innovante d’apprentissage en ligne ».

Elle espère vraiment qu’il documente ses expériences et ses recherches sur la diffusion en continu en matière d’enseignement et d’apprentissage.

Ashley Goodfellow Craig, rédactrice adjointe, YFile

For more York University news, photos and videos, visit the YFile homepage