Glendon introduces four new faculty members this fall

This story is published in YFile’s New Faces Feature Issue 2020, part one. Every September, YFile introduces and welcomes those joining the York University community, and those with new appointments. Watch for part two on Sept. 25.

La version française suit la version anglaise.

Glendon Campus will welcome four new faculty members this fall: Maya Chacaby, Alison Harvey, Marlon Valencia and Rémi Vivès.

“We are delighted to have these great scholars join the Glendon community,” said Ian Roberge, interim principal of the Glendon Campus. “As we ponder the post-pandemic world, we know that these new researchers and teachers possess the requisite experience, know-how and energy to help build the Glendon and York of tomorrow.”

Maya Chacaby

Maya Chacaby

Maya Chacaby aka Odehamik, is Anishinaabe (Ojibwe) Autochtone from the Kaministiqua region. Her family comes from Red Rock First Nation. Chacaby has been a sessional instructor at the Glendon Campus for more than 10 years and has recently joined the Sociology Department in a full-time role. Chacaby is an Anishinaabe survivance philosopher (survivance, not survival) and brings from her traditional territory a bundle of magical metaphor coins, a tough cloak of irony, heaps of her favourite food (Anishinaabe metaphysical conjecture), an instant pop-up escape from oblivion hatch, a pair of sweet shades against victimry and a high-quality set of nihilist cancelling head phones. She is best known as a confluence of transmogrificating phantasmagoricals often seen in awkward social situations gnawing on a pile of juicy etymologies (her second favourite food).

Chacaby is a mare’s nest of impossibilities with at least 20 extra autistic senses (synesthesia, alexithymia, stims, apraxia, non-interoceptive, non-proprioseptive, hyperlexia, atelophobia, dyspraxia, palilelia, echolalia, dyscalculia, munus exsecutivam, non-24 circadian rhythm, prosopagnosia, misophonia, non-object permanence, rejection sensitive, hyperacuisis, verbal/non-verbal); a proficient speaker of her language, Anishinaabemowin; a traditional ceremonial person; two-spirited, anti-colonial writer; a human-trafficking surviver; a former street kid; dyslexic; socially anxious; provincial policy analyst; researcher; community consultant on trauma; government consultant on boring technical tables; and (most importantly) a pro-gamer. Altogether, Indigenous and autistic, raised to be a "surrealistic oppositional creature of obvious liminality," which is SO COOL for short.

Alison Harvey

Alison Harvey

Alison Harvey joins Glendon Campus as an assistant professor of communications. She is returning to Canada after six years of working at the University of Leicester where she led the MA Media, Gender, and Social Justice program. Harvey undertook a postdoc at the University of Toronto in the Faculty of Information, and holds a PhD in communication and culture from York University.

Her research focuses on issues of inclusivity, justice and accessibility in digital culture, with an emphasis on games, social media platforms and creative work. She is the author of Gender, Age, and Digital Games in the Domestic Context (2015, Routledge) and Feminist Media Studies (2019, Polity), and her work has also appeared in numerous interdisciplinary journals.

Harvey is committed to critical community-engaged scholarship. She is currently working on two projects in this vein. In her book project Dirty Methods, she and her collaborators explore the tensions characterizing digital research methods with social justice-focused aims. In her study of formal game courses, she engages with diverse stakeholders to understand the role of the university in contributing to inclusivity and diversity in this creative tech field.

Marlon Valencia

Marlon Valencia

Marlon Valencia is happy to re-unite with the York community after doing his MA in applied linguistics back in 2008. He joins the Department of English at Glendon College as assistant professor, teaching stream, in the area of English as a second language and applied linguistics (ENSL). He is also the new ENSL director.

Valencia did his PhD in language and literacies, comparative, international and development education at the Ontario Institute for Studies in Education of the University of Toronto. His research interests include the intersection between language, imagination, identity and multiliteracies; language learner and teacher identities; language teacher education; visual ethnography; and language politics.

Valencia is excited to teach in the ENSL program, as well as in Glendon’s Certificate in the Discipline of Teaching English as an International Language (D-TEIL). He is also looking forward to collaborating with colleagues at York and D-TEIL’s globally networked partners in Brazil and Cuba.

Rémi Vivès

Rémi Vivès

Rémi Vivès joins the Department of Economics at Glendon Campus, York University as assistant professor. A specialist in macroeconomics, Vivès earned his PhD from Aix-Marseille School of Economics. Before coming to Glendon, he was a Postdoctoral Fellow at Católica Lisbon School of Business and Economics, Portuguese Catholic University and a Franco-German University Fellow at the University of Konstanz.

In addition to macroeconomics, Vivès’ research and teaching interests include finance and data science. His research concerns the macroeconomic and financial effects of expectation shocks. In pursuit of this research, he uses an interdisciplinary and eclectic battery of strategies, from theoretical analysis, calibration and data confrontation to techniques taken from the computer sciences such as web scraping, machine learning and textual analysis.

In his spare time, you can find him playing the drums, hiking and enjoying the outdoors, and exploring other cultures through reading, films and travel.


Cet article est publié dans la première partie du numéro spécial « Nouveaux visages 2020 » de YFile. Tous les ans au mois de septembre, YFile présente les personnes qui se joignent à la communauté de l’Université York ainsi que celles qui sont nouvellement nommées et leur souhaite la bienvenue. La deuxième partie de cet article sera publiée dans le numéro du 25 septembre.

Le campus Glendon accueillera quatre nouveaux membres du corps professoral cet automne: Maya Chacaby, Alison Harvey, Marlon Valencia et Rémi Vivès.

"Nous sommes ravis d’accueillir ces universitaires dans la communauté de Glendon ," a déclaré Ian Roberge, principal par intérim du campus Glendon. "Alors que nous réfléchissons au monde post-pandémique, nous savons que leur expérience, leur savoir-faire et leur énergie en matière de recherche et d’enseignement nous aideront à construire le futur de Glendon et de York."

Maya Chacaby

Maya Chacaby

Maya Chacaby ou Odehamik est une autochtone anishinaabe (ojibwée) de la région Kaministiqua. Sa famille vient de la Première Nation Red Rock. Employée contractuelle du campus Glendon depuis une dizaine d’années, Maya vient de se joindre au Département de sociologie à temps plein. Maya est une philosophe anishinaabe de la survivance (survivance, pas survie). Les contributions de son territoire traditionnel sont une poignée de pièces de monnaie métaphoriques magiques, un épais manteau d’ironie, des montagnes de son plat préféré (conjecture métaphysique anishinaabe), un sas de secours pour sortir de l’oubli, une paire de belles lunettes contre la victimisation et des écouteurs anti-nihilisme de haute qualité. Elle a la réputation d’être à la confluence de fantasmagories transmogrifiables et on la voit souvent dans des situations sociales gênantes en train de ronger un tas d’étymologies juteuses (son deuxième plat préféré).

Maya Chacaby est un méli-mélo d’impossibilités. Elle possède au moins 20 autres sens autistes (synesthésie, alexithymie, autostimulation, apraxie, non-interception, non-proprioception, hyperlexie, atélophobie, dyspraxie, palilalie, écholalie, dyscalculie, munus executivam, rythme circadien autre que 24 heures, prosopagnosie, misophonie, non-permanence des objets, sensibilité au rejet, hyperacuité, communication verbale/non verbale); Maya est aussi : quelqu’un qui parle couramment sa langue, l’anishinaabemowin; quelqu’un qui pratique des cérémonies traditionnelles; une auteure bispirituelle et anticolonialiste; une survivante du trafic de personnes; une ancienne enfant des rues; une personne dyslexique; souffrant d’anxiété sociale; une analyste politique provinciale; une chercheuse; une consultante communautaire sur les traumatismes; une consultante gouvernementale avec des tableaux techniques ennuyeux; et (surtout) une joueuse pro. Somme toute, elle est autochtone et autiste, élevée en « créature surréaliste d’opposition avec un espace liminal évident », en bref, Maya est TRÈS COOL.

Alison Harvey

Alison Harvey

Alison Harvey se joint au campus Glendon en tant que professeure adjointe de communications. Elle revient au Canada après avoir travaillé pendant six ans à l’Université de Leicester où elle a dirigé le programme de maîtrise en médias, genre et justice sociale. Alison a entrepris des études postdoctorales à la Faculté d’information de l’Université de Toronto, et elle détient un doctorat en communication et culture de l’Université York.

Ses recherches portent sur les questions d’inclusion, de justice et d’accessibilité dans la culture numérique et mettent l’accent sur les jeux, les plateformes de médias sociaux et le travail créatif. Elle

est l’auteure de Gender, Age, and Digital Games in the Domestic Context (2015, Routledge) et Feminist Media Studies (2019, Polity). Ses travaux ont également été publiés dans de nombreuses revues interdisciplinaires.

Alison Harvey se consacre à la recherche critique axée sur la communauté. Elle travaille actuellement sur deux projets dans cette veine. Dans son projet de livre Dirty Methods, elle explore avec ses collaborateurs les tensions qui caractérisent les méthodes de recherche numérique ayant des objectifs de justice sociale. Dans le contexte de son étude des sciences formelles du jeu, elle coopère avec diverses parties prenantes pour comprendre le rôle de l’université dans la contribution à l’inclusion et à la diversité dans ce domaine technologique créatif.

Marlon Valencia

Marlon Valencia

Marlon Valencia est heureux de retrouver la communauté de York après y avoir fait une maîtrise en linguistique appliquée en 2008. Il se joint au Département d’anglais du campus Glendon à titre de professeur adjoint, volet enseignement, dans les domaines de l’anglais langue seconde et de la linguistique appliquée (ENSL). Il est également le nouveau directeur de l’ENSL.

Marlon a fait un doctorat en sciences de l’éducation, options langage et littératures, éducation comparée, internationale et sensibilisation au développement à l’Ontario Institute for Studies in Education de l’Université de Toronto. Ses domaines de recherche comprennent l’intersection entre le langage, l’imagination, l’identité et les littératies multiples; les identités des apprenants et des enseignants de langues; la formation des enseignants de langues; l’ethnographie visuelle; et la politique linguistique.

Marlon Valencia a hâte d’enseigner dans le cadre du programme ENSL et du certificat Discipline of Teaching English as an International Language (D-TEIL) de Glendon. Il se réjouit de collaborer avec ses collègues de York et les partenaires du réseau mondial de D-TEIL au Brésil et à Cuba.

Rémi Vivès

Rémi Vivès

Rémi Vivès se joint au Département d’économie du campus Glendon de l’Université York en tant que professeur adjoint. Spécialiste en macroéconomie, Rémi a obtenu son doctorat à l’École d’économie d’Aix-Marseille. Avant de venir à Glendon, il a été chercheur postdoctoral à la Católica Lisbon School of Business and Economics de l’Université catholique portugaise, et chercheur universitaire franco-allemand à l’Université de Constance.

En plus de la macroéconomie, les intérêts de Rémi en matière de recherche et d’enseignement comprennent la finance et la science des données. Ses recherches portent sur les effets macroéconomiques et financiers des chocs d’anticipation. Pour les mener à bien, il utilise une combinaison interdisciplinaire et éclectique de stratégies allant de l’analyse théorique, de l’étalonnage et de la confrontation de données à des techniques tirées de l’informatique telles que le grattage Web, l’apprentissage automatique et l’analyse textuelle.

Pendant son temps libre, Rémi Vivès joue de la batterie, fait des randonnées et profite du plein air et explore d’autres cultures grâce à la lecture, aux films et aux voyages.

For more York University news, photos and videos, visit the YFile homepage